L’influence grandissante de l’islam conduit Ă  un nombre croissant de problĂšmes dans les Ă©coles autrichiennes, rapporte Kronen Zeitung.

Un enseignant a rĂ©vĂ©lĂ© dans une interview avec un journaliste de « Addendum » qu’une fille de huit ans a refusĂ© de retirer son foulard parce que sa mĂšre lui avait dit que « Allah prĂ©fĂšre les filles avec le foulard ».

L’influence de l’Islam a Ă©galement affectĂ© les matĂ©riels d’enseignement. Une enseignante a signalĂ© qu’un Ă©lĂšve de l’Ă©cole primaire ne voulait pas emporter son manuel avec elle, de peur que, si son pĂšre voyait les photos de personnes nues, il la tuerait.

Dans un autre cas, un Ă©tudiant a Ă©clatĂ© en larmes en disant qu’il ne pouvait pas ouvrir son livre sur l’anatomie humaine parce que : « Un ange est assis sur mon Ă©paule et Ă©crit tout ce que je fais du bien et du mal. Quand j’ouvre ce livre, l’ange Ă©crit le mal. »

Il y a deux ans, les reprĂ©sentants des enseignants ont Ă©crit une lettre pour informer le conseil scolaire de Vienne, le dĂ©fenseur des jeunes, la communautĂ© religieuse et le ministĂšre de l’Ă©ducation sur les Ă©vĂ©nements rĂ©cents et ont appelĂ© les institutions Ă  agir.

Heinrich Himmer, prĂ©sident des Ă©coles de Vienne, a annoncĂ© la tenue d’une table ronde mardi afin de discuter des problĂšmes liĂ©s Ă  l’islam et de rĂ©pondre Ă  d’autres prĂ©occupations concernant la violence des Ă©tudiants.

Source