D’extraordinaires rĂ©vĂ©lations rĂ©Ă©crivent dĂ©sormais [
] l’histoire de Qin Shi Huang Di qui s’est entourĂ© dans la mort de cette armĂ©e Ă©ternelle. Selon une thĂ©orie radicalement nouvelle, des artistes Ă©trangers se trouveraient mĂȘme derriĂšre la formation des artisans sculpteurs.

Connu aujourd’hui sous le nom du Premier Empereur, il a laissĂ© un hĂ©ritage qui fait de lui une figure emblĂ©matique de l’histoire chinoise. Au moment de sa mort en 210 av. J.-C., il avait mis fin Ă  la pĂ©riode fĂ©odale, unifiĂ© plusieurs royaumes en guerre en un seul pays, bĂąti la Grande Muraille de Chine qui demeure aujourd’hui le monument symbole de son pouvoir.

[
] En 1974, Ă  proximitĂ© de l’ancienne capitale chinoise de Xianyang, des agriculteurs ont dĂ©couvert d’étranges sculptures. Les excavations menĂ©es depuis sur le site ont rĂ©vĂ©lĂ© diffĂ©rentes sections d’un grand complexe funĂ©raire. Trois puits immenses abritent plusieurs milliers de guerriers, destinĂ©s vraisemblablement Ă  protĂ©ger l’empereur pour l’éternitĂ©. Jamais auparavant des statues de ce type n’avaient Ă©tĂ© dĂ©couvertes en Chine, soulevant ainsi une grande question: comment une telle idĂ©e avait-elle pu traverser l’esprit des artistes du royaume ? Les dĂ©tails trĂšs rĂ©alistes des sculptures sont pour certains le signe d’une influence artistique grecque.

Les scientifiques ont rĂ©uni plusieurs indices jugĂ©s provocateurs: les acrobates en terre cuite et les sculptures de canards, de cygnes et de grues en bronze dĂ©couverts sur le site du mausolĂ©e royal tĂ©moigneraient de l’influence grecque. Des traces d’ADN d’origine europĂ©enne ont Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©celĂ©es sur les squelettes d’un site situĂ© dans le nord-ouest de la Chine. AprĂšs avoir mis ces indices bout Ă  bout, les chercheurs ont Ă©laborĂ© une thĂ©orie : l’armĂ©e de terre cuite aurait Ă©tĂ© inspirĂ©e d’artistes Ă©trangers. Venus de rĂ©gions hellĂ©nisĂ©es de l’Asie occidentale, ils sont arrivĂ©s en Chine 1.500 ans avant Marco Polo.

Lire l’article en entier sur National Geographic