Vous avez sans doute déjà entendu parler de Zineb El Rhazoui, plus connue sous le seul prénom de Zineb. Sa page wiki étant assez succincte (lien), je vous renverrais plutôt à l’une de ses nombreuses interviews pour mieux cerner le personnage. Par exemple celle-ci ou elle présentait son dernier ouvrage (Le Point) , extrait : « (…) Zineb El Rhazoui, journaliste franco-marocaine et militante féministe menacée de plusieurs fatwas, qui a échappé à la mort en étant en vacances le 7 janvier 2015, jour où ses collègues tombaient sous les balles des frères Kouachi. »

Zineb se bat en effet depuis de nombreuses années, et encore plus depuis l’attentat de Charlie Hebdo qui a couté la vie à ses collègues, contre ce qu’elle qualifie elle-même de fascisme islamique. Autant dire que de tels propos sont déjà dangereux pour la santé lorsqu’ils émanent d’un français de souche catho, mais alors lorsqu’ils proviennent de la bouche d’une femme (!) marocaine (!!) issue d’une famille musulmane (!!!), on atteint carrément la zone rouge. Pas étonnant dès lors que Zineb El Rhazoui soit une des femmes les plus menacées et protégées de France, la police ayant un œil sur elle H24.

Voici une brève critique de ses deux dernières œuvres :

Autant vous dire qu’étant moi-même rescapé et témoin des attentats du Bataclan, j’ai lu ce livre avec grand intérêt. Pas de surprise, Zineb ne verse pas dans le sensationnalisme mais raconte avec pudeur le quotidien des gens qui ont subi les attaques. Au fil de ses longs entretiens avec chacun de ce témoins; on en apprend un peu plus sur les circonstances des divers drames, sachant que sont représentées à la fois des victimes civiles des différents sites mais également des professionnels (médecins, flics…).

Outre l’aspect « témoignage » on en apprend aussi un peu plus sur la psychologie des gens, sur leur ressenti, c’est un peu moins consensuel que ce que l’on lit dans les journaux mais ce n’est pas extrêmement polémique non plus (ne vous attendez pas à autant de diatribes que dans mes propos récurrents…). Néanmoins l’ouvrage se lit facilement, est globalement intéressant (même pour moi qui y était…) et offre un éclairage somme toute relativement inédit sur les événements.

Celui-ci a fait couler beaucoup d’encre et pour cause, l’auteur n’y va pas de main morte. Déjà qu’elle avait plusieurs fatwas sur la tronche avant ça, j’ose à peine imaginer maintenant ! L’ouvrage est relativement court (une soixante de pages), c’est plus un essai qu’un roman mais l’essentiel y est : en plusieurs brefs chapitres Zineb démonte l’escroquerie véhiculée par la taqîya et par l’Islam-qui-n’est-pas-le-vrai-Islam-mais-qui-l’est-un-peu-quand-même ; elle fait de même avec les médias complices et leur concept fumeux d’islamophobie, et pointe du doigt les nombreux collabos français : bref tout le monde y passe et l’addition est salée !

Je vous recommande chaudement cet ouvrage qui se lit rapidement et ne coute qu’une poignée d’euros, il est à mon sens d’ailleurs tout indiqué comme présent envers vos proches qui n’ont pas encore compris la supercherie intellectuelle orchestrée par les islamistes. Propagez donc la bonne parole !

C’est tout pour cette fois, mais j’ai encore pas mal d’auteurs à vous présenter, vous vous en doutez. En attendant, bonne lecture !

SOURCE

JOE BAUERS