Pendant que les lobbies anti-progrès s’efforcent de ralentir l’Occident dans la conquête du savoir et de la technologie, des innovations comme l’impression 3D et l’intelligence artificielle sont en train de révolutionner le monde du travail et de permettre aux blancs de travailler dans des usines relocalisées et à des emplois adaptés à leur niveau de qualification.

D’après chefdentreprise.com, « l’essor de l’IA pourrait s’accompagner d’un mouvement de relocalisation de l’emploi« . « Les call centers seront relocalisés car les conseillers gèreront de plus en plus des questions compliquées. Ils vont devenir des experts », pronostique Emmanuel Walckenaer, dirigeant d’Yseop, fournisseur de solutions intelligentes. « Beaucoup de métiers outsourcés reviennent en France grâce à l’IA, abonde Thomas Bourgeois. Les experts seront basés dans l’Hexagone pour faire marcher les robots ».

Mais l’intelligence artificielle n’est pas réservée à une affaire d’experts de la tech : « Toutes les PME, en réalité, sont concernées. »

« Beaucoup de PME font de l’IA sans le savoir », explique Jean-Denis Muller, vice-président de l’Association française de l’intelligence artificielle (AFIA) et directeur du département d’innovation numérique de Veolia Recherche & Innovation.

N’oublions pas que les opposants au progrès ont crié au loup à chaque avancée technologique, même le cinéma et internet, avant de se les approprier pour nous convaincre qu’il faut décroître. Décliner volontairement pour laisser à la Chine le monopole des technologies ? Drôle de projet que celui de réserver le privilège de l’exploitation de l’intelligence artificielle et de l’horizon transhumaniste aux seuls asiatiques. C’est censé être moins effrayant, de se dire que seuls les Coréens, les Chinois et les Japonais vont gérer les problématiques d’avenir ? Sacrée blague et formidable masochisme ethnique.