Les candidates blanches peuvent aller se rhabiller : c’est Mathilde Edey Gamassou, 17 ans, qui incarnera cette année la Jeanne d’Arc d’Orléans.

Mathilde Edey Gamassou, 17 ans, tient ses origines béninoises de son père et ses racines polonaises de sa mère. C’est la première fois que les catholiques de l’association Orléans Jeanne d’Arc ont choisi une Jeanne d’Arc métisse.

“Je suis métisse, et alors ?”

Il n’y avait en effet aucun critère racial : du moment qu’une jeune fille est baptisée dans la religion catholique, qu’elle habite à Orléans depuis 10 ans et qu’elle est engagée à titre bénévole, elle peut prétendre à revêtir l’armure de la Pucelle d’Orléans.

Mathilde Gamassou balaye la question sans hésitation : “Je suis métisse, et alors ? La jeune fille qui incarne Jeanne d’Arc peut-être blanche ou métisse, peu importe. L’important c’est qu’elle soit française.” rapporte La République du Centre. Mais pourquoi pas chinoise, Mathilde ? Pourquoi pas chinoise ?

Bénédicte Baranger, présidente de l’association Orléans Jeanne d’Arc, déclare que “La couleur de peau n’est pas un frein à notre choix ; elle ne doit pas l’être…”

“Qu’est ce qui est important ? Elle est catholique, cultivée. Nous n’avions aucune raison de refuser sa candidature. L’excellence morale n’est pas liée à la couleur de peau. Nous assumons cette décision. Et ce n’est pas de la discrimination positive.”

Peu importent les réactions de la frange conservatrice orléanaise, pour la présidente : “Ce n’est pas mon problème. Mathilde aime sa ville, son histoire, elle va vers les autres. Elle répond à tous les critères.”

Pour Bénédicte Baranger, c’est une aubaine : “Si cette désignation permet à une autre partie de la population de se tourner vers les fêtes, c’est gagné”. En effet, on sait combien les populations d’origine africaine se foutent complet de l’Histoire de France, et ne s’intéressent timidement à l’Histoire que quand on remplace un personnage historique blanc par un des leurs.

Dimanche, elle entamera son pèlerinage dans les principales cités johanniques, avant de prendre ses premiers cours d’équitation et d’essayer l’armure. Voilà qui ne peut que plaire à tous ceux qui font passer la religion avant la race : une Jeanne d’Arc d’origine béninoise.

Pour Bertrand Dutheil, conseiller régional d’Île-de-France “Les Patriotes”, Jeanne d’Arc a très bien pu être noire :

.