Une nouvelle étude a révélé que 93% des crimes sexuels commis en Finlande par des migrants sont commis par des migrants originaires de pays islamiques.

Une enquête menée par l’académie de police du pays a révélé que 1052 demandeurs d’asile étaient soupçonnés de crimes en 2016, les deux tiers d’entre eux étant irakiens.

Les chiffres montrent également que sur 116 suspects d’infractions sexuelles, 108 provenaient de pays islamiques comme l’Irak (83), l’Afghanistan (14) et le Maroc (6).

La moitié des crimes sexuels sont commis contre des mineures finlandaises

32% des crimes étaient des viols, 16% des viols collectifs et 16% des cas de harcèlement sexuel. Près de la moitié des crimes ont été commis contre des filles finlandaises de moins de 18 ans.

La Finlande a une population née à l’étranger d’environ 5,5%, dont la majorité sont russes, suédois, estoniens et originaires de l’ex-Union soviétique, ce qui signifie que les migrants musulmans ne constituent pas la majorité de la population immigrée. La majorité des crimes sexuels sont commis par des migrants.

Une volonté de “réintégrer” les immigrés criminels, même les djihadistes

L’année dernière, la Finlande a subi sa première attaque terroriste islamique dans l’histoire après que 10 personnes aient été poignardées dans le centre de Turku, dans le sud-ouest de la Finlande, par Abderrahman Bouanane, un demandeur d’asile marocain rejeté.

Malgré cela, il a été signalé par la suite que les autorités finlandaises envisageraient de fournir des appartements et des services sociaux aux djihadistes de retour du groupe État islamique pour les réintégrer dans la société finlandaise.

Comme nous l’avons signalé la semaine dernière, la Suède, pays voisin scandinave, commencera à recueillir des statistiques sur le lien entre les migrants et les crimes violents pour la première fois depuis plus d’une décennie, à mesure que les inquiétudes grandissent.

Source