« Quand je pense à tous ces français qui voudraient t’aimer, mais qui ne peuvent pas »… un autre Balavoine que celui de l’Aziza. Sympathique.