Chez les blancs, les yeux clairs et les cheveux blonds sont une mutation, les yeux foncés et les cheveux bruns ne sont pas une preuve de métissage.

Cette mutation est spécifique aux blancs, bien sûr, mais elle n’est pas de nature essentielle. J’ai du mal à concevoir qu’on puisse ne pas comprendre ceci.

Le suprémacisme blond est une fumisterie qui ne sert que la gauche mentale : en mettant les 3/4 des blancs européens de toujours dans la case “métis citoyen du monde méditerranéen”, on nourrit l’hydre antiraciste.

Les blonds sont pris en otage pour incarner “le seul vrai visage du blanc” par ceux qui veulent juste mettre le Maghrébin et le Rom de Palestine à égalité avec la majorité des blancs.

C’est une arme gauchiste redoutable, utilisée par les innombrables aryens anonymes sans photo de profil d’internet.

Ils font tous 1m95 pour 100 kg de muscle, blonds aux yeux bleus, mais personne ne les a jamais vus. Ma théorie c’est qu’ils s’appellent surtout Karim, nolife du 93.

Soyez attentifs, et vous verrez que les arabes sont les premiers à utiliser les thèses des suprémacistes blonds afin de diviser les blancs européens et de tenter de ridiculiser les nombreux Européens blancs du Sud. Ce n’est pas un vaste complot orchestré, c’est juste l’addition de millions de petites jalousies individuelles. Contrairement aux noirs qui se définissent comme des noirs, les arabes se sentent comme des “presque blancs” qui ne supportent pas qu’on leur rappelle qu’ils ne sont pas chez eux partout.

L’italophobie et la germanolâtrie dans les rangs du nationalisme autoproclamé m’ont toujours beaucoup fait rire.

Quand on regarde qui a le courage de se montrer et de prendre des risques, on est tout sauf dans les théories de suprématie blonde.

En tant que nationaliste blanc, je méprise toute les tentatives de hiérarchisation de la race blanche européenne.

Ces parodies de racialisme n’ont qu’un but : développer une idée abstraite et caricaturale du racialisme, pour qu’elle soit plus facile à réfuter.