Henri Guillemin nous raconte Staline. Sa vie, sa mort. Le pouvoir qui dévore. La paranoïa, les exécutions sommaires.
La fin, crispée et aigre, en rage contre le monde entier…
Nous n’aimerions pas terminer comme ça. En bubon de haine totale.