Pour l’imam qui connaît les deux mineurs marocains impliqués dans les viols de Rimini : « Ils sont sans Allah, dévastés par la société occidentale comme d’autres garçons italiens ».

Ainsi Abderrahim Troumi – l’imam de Vallefoglia, province de Pesaro – a commenté les viols de Rimini menés par le gang de Guerlin Butungu composé de trois mineurs.

L’imam, interviewé par « Giorno », connaît les frères marocains qui ont participé aux viols – depuis qu’ils sont petits. « Ils avaient 5-6 ans et quelquefois ils venaient chez moi pour fréquenter le « catéchisme » islamique et l’école islamique de langues. Mais ils n’ont pas un parcours d’enfants normaux : le père a eu des ennuis continus avec la justice pour vols et détention de drogue, pendant que la maman, une femme d’un niveau culturel très bas, ne travaillait pas. Elle ne sortait pas de la maison et ne fréquentait pas la mosquée. » (…)

L’imam fait aussi savoir au journal « Giorno », qu’il se préoccupe pour la communauté musulmane qui ne doit pas être considérée comme une menace : « Dans les usines on ne parle que des faits de Rimini et nous entendons l’hostilité à notre égard. Le problème est que cela engendre des amalgames. C’est comme cela que sont créés des malentendus et une distance entre les communautés alors nous devons trouver des nouvelles voies de dialogue pour réparer cette faille. » (…)

Sources : Fdesouche