Les rejets d’origine fossile auraient augmenté de 2,7 % entre 2017 et 2018. En cause : la consommation de charbon, repartie à la hausse.

Pis, cette hausse est plus importante encore qu’en 2017 (+ 1,6 %), après une relative stagnation de 2014 à 2016, qui laissait espérer qu’un plafond était atteint. Au total, les rejets carbonés ont augmenté de 65 % depuis 1990.

Qu’ils soient développés ou en développement, la majeure partie des Etats en sont encore loin. La Chine demeure le premier émetteur de dioxyde de carbone (28 % du total mondial). Ses émissions devraient connaître une hausse de 4,7 % en 2018, tirée par la relance économique et l’activité de construction.

(…) Considérée dans son ensemble, l’Union européenne arriverait en troisième position (9 % du total), en baisse de 0,7 % grâce à l’accroissement des énergies renouvelables au détriment du charbon et du gaz.

Source : Le Monde