Le Fanta n’est pas une création du régime nazi. Mais c’est bien une invention allemande faite sous le Troisième Reich et provoquée par les conséquences de la guerre.

En effet, le Fanta est un produit de substitution au Coca-Cola, boisson très populaire dans l’Allemagne de cette époque. Née à la fin des années 1920, la branche allemande de Coca-Cola, entreprise américaine, vend environ 4 millions de caisses de Coca-Cola par an, entre 1933 et 1939. La marque a par ailleurs sponsorisé les Jeux olympiques de 1936, à l’occasion desquels elle a mené une importante campagne de publicité.

Mais le déclenchement de Deuxième Guerre mondiale en 1939 et, surtout, l’entrée en guerre des États-Unis en 1941, menace la production de Coca en Allemagne. Communiquer avec la maison-mère devient plus difficile, et l’approvisionnement en matières premières est menacé. Max Keith, le directeur de Coca-Cola en Allemagne, cherche alors à développer un nouveau produit qui puisse sauver sa filiale pendant la guerre. Malgré un rationnement de la production, la firme ne peut plus produire de Coca à la fin 1942.

Coca-Cola Allemagne développe, à partir de sous-produits industriels disponibles en abondance dans l’Europe nazie (du lactosérum, des fibres de pommes issues de presses à cidre et un sous-produit destiné à la fabrication du fromage) un nouveau soda produit à très faible coût : le Fanta ! Cette boisson est d’abord sucrée avec de la saccharine puis, à partir de 1941, avec du sucre de betterave.

La création du Fanta est un vrai succès de l’Allemagne en guerre : 3 million de caisses sont vendues en 1943. Le Fanta servait surtout à sucrer les ragoûts et les soupes. Son nom est une apocope du terme allemand Fantasie (« imagination »).

Le Fanta connaît une très courte éclipse après la guerre. Sa production, un temps abandonnée, reprend en 1955, pour faire face à la concurrence de Pepsi. Son succès aux États-Unis a été tardif, mais c’est un des produits phare de la marque Coca. Le Fanta est par exemple le deuxième soda le plus vendu en Afrique, après le Coca-Cola.

Source