Par Timothé Vorgenss. Extrait de “La montée de la haine anti blancs. Analyser. Comprendre. Réagir”.

Le NON racisme est très différent de l’ANTI racisme.

Le NON racisme est, ce que la culture populaire blanche a compris et retenu, des leçons d’ANTI racisme qui lui ont été administré depuis les 50 dernières années, par les pseudo élites de l’ANTI racisme rémunéré.

Les classes populaires blanches continuent donc, innocemment, de s’auto décerner des titres de NON racisme, sans comprendre la nature réelle du dispositif qui est face à elles.

Elles pensent par exemple, que l’on peut s’innocenter soi même lorsqu’une accusation sérieuse vous tombe dessus. Sans voir que l’accusation de racisme est un bitume chaud, dont on ne se débarrasse qu’au prix d’un volte face argumentatif, dont je vais vous parler après.

Mais tout d’abord les fondamentaux vitaux :

L’ANTI racisme n’est pas une réponse à une situation injuste, qui se serait installée au fils de l’implantation immigrée africaine. C’est un mot codé qui signifie en réalité ANTI BLANC.

Tout le personnel de l’anti racisme répugne absolument à envisager, que le rôle du raciste puisse être endossé par un non blanc.
Cette condamnation à sens unique du racisme imaginaire, et cet aveuglement face au racisme réel, n’a pas attendue que des afro descendants militants y ajoutent toute leur finesse tactique, en formalisant que seuls les blancs peuvent être racistes. L’ANTI racisme du début, celui des boomers blancs, était simplement plus subtilement anti blanc, et laissait cette clause infâme et débile, cachée sous les astérisques écrits en petit, à la fin du contrat. Avec les indigents de la ripoublique on a finalement gagné en clarté, ce que les boomers ont perdu en tactique. Raison pour laquelle les deux camps ne s’aiment plus autant qu’avant …

La notion de condamnation à sens unique, signifie que vous ne pourrez pas me citer un exemple de visuel anti raciste, de videos, de poster, de clip, de faits divers médiatisé même à minima, ou le rôle du raciste n’est pas systématiquement et soigneusement confié à un blanc.
Cette essentialisation négative des blancs, parfaitement systémique (et raciste) pour le coup, et n’est jamais l’objet d’une dénonciation de la part des zorganizaçion du bien en tube.

L’ANTI racisme donc, est un ressentiment plus ou moins conscient, que les accusateurs éprouvent envers les forts, qu’ils appellent « privilégiés », afin de commencer à les déshumaniser.

L’ANTI racisme n’est donc pas une justice, c’est une agression.
Ce n’est pas un rééquilibrage des chances, c’est un dé pipé et de la fausse monnaie verbale.
Ce n’est pas une vertu réelle, c’est un label payant.

Et comme disait Father Mac Kenzie : L’ANTI racisme n’est pas une opinion, c’est un déni.

Le NON racisme lui, est une simple absence d’animosité, une non hostilité de principe, qui n’a pas plus de valeur que de la moissanite, dans une bijouterie spécialisé en bijoux volés. C’est la niaiserie qui croit pouvoir dire « Stop ça suffit » à la fourberie.

Dans le monde du signalement de la vertu, qui est la première sphère de l’ANTI racisme, le NON racisme est un billet de monopoly qui s’est perdu à Wall Street.

Dans le monde de l’accusation de racisme, qui est la deuxième sphère de l’ANTI racisme, c’est une soumission pour rien de la part de l’accusé, à la fois irritante et excitante pour l’accusateur :

En prétendant vous dédouaner vous même de tout racisme, vous privez votre accusateur du premier fouet qu’il allait utiliser : Votre culpabilité et votre honte.
Il va donc logiquement vous arracher des mains ces deux accusations, que vous vouliez annuler vous même, et les multiplier par votre bêtise et votre niaiserie, pour vous frapper plus profondément.

Exemple :

« Je ne suis pas raciste, mon meilleur ami est noir / arabe» = Vous êtes raciste + stupide, car vous ne comprenez pas par quel bout, l’hameçon de l’ANTI racisme vous a attrapé.

Pour se dégager de ce bitume chaud, il n’y a qu’une option : assumer que l’accusation vous indiffère. Et y être REELLEMENT indifférent. Quitte même à vous dire raciste, pour enlever de façon tactique, les piles du taser de l’ANTI racisme. N’ayant pas d’autres argument qu’une accusation purement morale, l’ANTI racisme ne pourra plus jouer que sur le voltage du taser (la fréquence des accusations), puisque vous aurez réduit à néant son ampérage (sa capacité à vous secouer)

C’est pourquoi se dire NON raciste, est réellement une soumission pour rien, de la part de quiconque se pliera à cette émission de fausse monnaie verbale.

Les virilistes du néant qui pensaient avoir réalisé une bonne opération boursière, sur le marché de l’image et de la durabilité youtubesque, en affirmant récemment leur goût pour la diversité, et leur mépris du suprémacisme blanc (sic), viennent d’envoyer une lettre d’amour à Cruella, en indiquant à quel endroit il fallait taper pour les anéantir en un coup.

Souvenez vous que les blancs paieront leurs erreurs d’analyse beaucoup plus cher, que les autres.
En perte de temps tout d’abord, puis en énergie personnelle.
Concentrez vous bien avant de choisir une direction où investir votre temps et vos ressources. Réservez votre gène de la compassion à qui la mérite, ne fléchissez le genoux que devant les dieux de la force et de l’excellence.

Et souvenez vous, lorsque les tartellettes de la dissi dance se mettent à dénoncer la haine blanche, c’est généralement qu’ils ne sont plus très loin du trou noir.