Les fouilles prĂ©ventives menĂ©es lors de la construction d’un lotissement ont permis de dĂ©couvrir un village remontant entre le VIIIe et le Xe siĂšcle.

C’est une belle surprise. Alors que des fouilles prĂ©ventives Ă©taient rĂ©alisĂ©es Ă  Saint-Sulpice-de-Royan, commune de la communautĂ© d’agglomĂ©ration de Royan en Charente-Maritime, un village de l’Ă©poque carolingienne a Ă©tĂ© mis au jour. Les ruines, dĂ©couvertes en avril dernier, remontent entre le VIIIe et le Xe siĂšcle. « À la fin des fouilles, en juillet, nous affinerons la datation par des procĂ©dĂ©s physico-chimiques, notamment sur les ossements d’une femme que l’on a retrouvĂ©e enterrĂ©e face contre terre. Pour le moment, on se base sur les tessons de cĂ©ramique que l’on a retrouvĂ©s et leur typologie indique cette pĂ©riode », a expliquĂ© mercredi Bastien Gissinger, l’archĂ©ologue responsable des fouilles.

Étendus sur 1,6 hectare, trente et un bĂątiments ont Ă©tĂ© retrouvĂ©s. « Il apparaĂźt une vraie volontĂ© d’organisation du village, souligne Karin Robin, cheffe du service dĂ©partemental d’archĂ©ologie. Des parcelles semblent sĂ©parĂ©es par des fossĂ©s, les bĂątisses bordent deux axes routiers… » Surtout, la majoritĂ© des constructions, allant de 15 à 150 mĂštres carrĂ©s, prĂ©sentent une abside Ă  une extrĂ©mitĂ©, comme les Ă©glises romanes en arboreront pour le chƓur, mais seulement quelques siĂšcles plus tard. « On connaĂźt l’abside pour une chapelle ou une Ă©glise, mais [pas] pour une habitation, une Ă©table ou un grenier Ă  grain », relĂšve Karine Robin.

Le mystĂšre s’annonce ardu Ă  rĂ©soudre, car « il ne reste aujourd’hui que le nĂ©gatif du village, dit Bastien Gissinger. Il n’y a plus aucun matĂ©riau de construction, bois ou pierres, seulement les trous dans lesquels Ă©taient fichĂ©s les poteaux pour soutenir les bĂątiments ou leur toiture. L’Ă©tude de ces trous, leur profondeur, la taille des bois qu’ils accueillaient nous aideront Ă  connaĂźtre la hauteur de ces bĂątiments. »

Lire la suite sur Le Point