Même si je ne suis pas fan d’animation,- qu’elle soit américaine ou japonaise-, il ne fallait pas passer à côté de Death Note, une série en 30 épisodes qui a une dizaine d’années maintenant, et dont l’intrigue était absolument géniale. Je la qualifierais de crypto-fasciste sans aucune retenue d’ailleurs.

Bizarrement, ces produits culturels là rencontrent souvent un grand succès. Tout comme Breaking Bad, dont j’ai déjà dit qu’il s’agissait d’une série authentiquement nietzschéenne, et que les gens adorent pourtant.

Même s’ils sont en apparence gauchistes, les gens n’ont pas perdu le goût pour la grandeur.
On le voit, les musiques de Death Note étaient aussi assez extraordinaires.

Daniel Conversano