Ce vendredi 15 mars 2019, le youtubeur Papacito compatissait avec les morts de la mosquée de Christchurch, “lieu saint” ayant inspiré et hébergé des terroristes de la cellule d’Al Quaïda qui a organisé le massacre des caricaturistes de Charlie Hebdo avec le soutien de l’intégralité du monde musulman.

 

Mais quand il s’agit de simples blancs massacrés, Papacito les traite de “tarlouzes dispensées de sport” :

Par exemple, quand la team kebab du bataclan a commencé à exercer son “vivre ensemble” au calibre 7,62 mm Soviétique sur une foule de tarlouzes dispensées de sport, personne n’a trové le bouton “signaler” pour que “ça s’arrête“.

(Extrait du site “Fachosphère” désormais fermé, projet de collectif de youtubeurs dissidents, signé par Papacito lui-même)

Pourquoi a-t-il soudain manqué d’inspiration et d’humour noir concernant la vengeance des suprémacistes blancs contre les musulmans de Christchurch ? “Êtres humains désarmés dans un lieu saint”… il aurait par exemple pu dire : “Tuer des musulmans dans une mosquée, c’est du spawnkill, c’est pas fairplay…” ça aurait déjà été plus drôle que sa vanne sur les cadavres de nos martyrs du Bataclan.

Pourquoi ce deux poids deux mesures ? La jeunesse blanche massacrée au Bataclan est-elle une forme d’ “être humain désarmé” dont la vie vaut moins que des barbus et une voilée ?

Est-ce que c’est plus grave de tuer dans un “lieu saint” qui prêche le terrorisme, que dans un lieu de fête comme une salle de concert ?

Est-ce que l’hystérie islamophobe que Papacito dénonçait après l’attentat de Liège est plus condamnable que les prêches quotidiens de haine contre les mécréants que sont les prières islamiques partout dans le monde ?

Ring rassure régulièrement les gauchistes en leur certifiant qu’il est 100% antiraciste, marié à une Congolaise et que toute l’extrême droite est un repaire de haineux antisémites, mais nous autres occidentalistes nous inquiétons sur son empathie à géométrie variable qui lui fait davantage plaindre la communauté déséquilibrée davantage que ses compatriotes.