• Plus de six millions de migrants campent, dans différents pays autour de la Méditerranée, en attendant de s’embarquer pour l’Europe indique un rapport confidentiel du gouvernement allemand transmis à Bild.
  • « Tous les jeunes ont des téléphones portables ; ils peuvent voir ce qui se passe dans d’autres parties du monde, et cela agit comme un aimant. » – Michael Møller, directeur du bureau des Nations Unies à Genève .
  • « Les mouvements migratoires les plus importants sont à venir : la population de l’Afrique va doubler dans les prochaines décennies … Le Nigeria [passera] à 400 millions d’habitants. A l’ère numérique, de l’Internet et des téléphones mobiles, tout le monde connaît notre prospérité et notre mode de vie … Huit à dix millions de migrants vont prendre la route. » – Gerd Müller, ministre allemand du développement.

Le sommet Union africaine-Union européenne (UA-UE), qui a eu lieu à Abidjan, (Côte d’Ivoire), les 29 et 30 novembre 2017, s’est soldé par un échec retentissant. Cinquante-cinq dirigeants africains et vingt-huit dirigeants européens ont été incapables de se mettre d’accord sur un minimum de mesures capables d’empêcher plusieurs dizaines de millions de migrants africains d’embarquer pour l’Europe. (…)

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a déclaré que l’Europe « sous-estime » l’ampleur et la gravité de la crise migratoire et que « des millions d’Africains » inonderont le continent dans les prochaines années si des mesures urgentes ne sont pas prises.

Dans une interview à Il Messagero, Tajani a déclaré qu’un exode « de proportions bibliques impossible d’arrêter » se produira si l’Europe ne parvient pas à résoudre le problème maintenant :

« Croissance démographique, changement climatique, désertification, guerres, famine en Somalie et au Soudan : tels sont les facteurs qui forcent au départ.

« Quand les gens ont perdu espoir, ils prennent le risque de traverser le Sahara et la Méditerranée parce que les dangers qu’il encourent en restant sont pires. Si nous n’affrontons pas ce problème, nous allons nous retrouver avec plusieurs millions de personnes à notre porte d’ici cinq ans.

« Aujourd’hui, nous essayons de résoudre le problème posé par quelques milliers de personnes, mais une stratégie sera nécessaire pour gérer plusieurs millions de personnes. »

Lire la suite sur Le Gatestone Institute