Il y a 4500 ans, à l’orée de l’âge du Bronze (2500-600 av.J.-C), les grands anneaux mégalithiques dressés au cœur de l’Angleterre n’étaient pas les seuls à étendre leurs ombres sur les terres occupées par les populations néolithiques. Sur le continent, les anciens européens avaient eux aussi érigé depuis longtemps d’immenses enceintes circulaires, semblables à celles de Stonehenge (2800-1100 av.J.-C). À la différence notable, que le bois remplaçait souvent la pierre. Dans une récente publication de la revue Antiquity, des chercheurs allemands divulguent les résultats d’une étude menée de 2003 à 2008 sur un de ces gigantesques sanctuaires (Kreisgrabenanlagen), situé à Pömmelte, près de la ville de Magdeburg, en Allemagne.

Reconstruction du site de Pömmelte avec ses anneaux en bois. © Landesamt fur Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt

“Les henge des îles britanniques sont généralement considérés comme représentant un phénomène typiquement britannique, sans lien avec l’Europe continentale, or cette position devrait maintenant être réexaminée“, ont ainsi écrit André Sptazier et François Bertemes, les deux préhistoriens, cosignataires de l’article. Pömmelte a en effet livré bien des secrets. Au fil des ans et de travaux minutieux, c’est un site large de 115 m de diamètre, composés de sept cercles concentriques anciennement matérialisés par des piliers en bois, que les spécialistes ont arraché au sol à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Berlin. Là, sur les rives de l’Elbe, se trouvait un sanctuaire avec des entrées disposées selon des alignements astronomiques. La partie la plus vieille, élevée dès le troisième millénaire entre 2321 et 2211 avant notre ère, contenait des poteries en forme de cloche, typiques de cette époque. L’enceinte aurait été exploitée de façon ininterrompue jusqu’à son démantèlement autour de 2050 avant notre ère. “Pömmelte a été ensuite utilisé de manière plus sporadique entre 1636 et 1488 avant notre ère”, précisent les anthropologues.

Source : sciencesetavenir.fr