Technologie blanche. Quels sont les différents moyens d’utiliser des neuroprothèses pour aider la prise en charge des patients souffrant de handicaps ? Où en est la recherche en matières d’essais cliniques sur ce type d’interfaces cerveau machine ? En quoi sont faits les implants cérébraux utilisés ?

Le 4 octobre dernier, le monde découvrait la surprenante vidéo de Thibaud, un jeune lyonnais de 28 ans, se déplaçant dans un exosquelette piloté par une interface neuronale. Cet essai, qui a donné lieu à une publication dans The Lancet Neurology, est une preuve de concept très puissante de l’ampleur du développement des technologies d’Interface Cerveau-Machine dans l’assistance aux personnes en situation de handicap via une intelligence artificielle. Tout récemment, un réseau neuronal a permis à une personne paralysée d’écrire des lettres en s’imaginant bouger un crayon, jusqu’où l’IA peut-elle aller ?

IA et handicap : la déclaration d’indépendance ? C’est le programme émancipateur qui est le nôtre pour l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode scientifique.

Et pour évoquer ces recherches et ce nouveau contient qui semble s’ouvrir non seulement dans le domaine de l’Interface Cerveau Machine, mais aussi dans des systèmes plus souples et moins invasifs, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Perrine Seguin, médecin spécialisée dans la médecine physique et la réadaptation neurologique et Blaise Yvert, directeur de recherche Inserm, responsable de l’équipe Neurotechnologies et Dynamique des Réseaux au BrainTech Laboratory de Grenoble.

franceculture.fr