Auteur : Martin.

Je suis née à Grigny (91) il y a 35 ans. Dès la maternelle je suis tombé dans la marmite du multiculturalisme, mais comme Achille, ma mère me tenait par le talon, vous allez comprendre où je veut en venir plus loin…

Dans toute ma scolarité, je faisais parti de la minorité de blancs dans la classe où j’étais. Sur 22 élèves 11 ou 12 étaient maghrébins, noirs, parfois asiatiques, nous étions dans les années 80. Alors imaginez maintenant en 2016… Gamin, j’étais bagarreur, je rendais toujours les coups, quand des noirs et arabes venaient m’attaquer à plusieurs dans la cour de récréation. D’ailleurs les seuls qui foutaient déjà la merde et attaquaient les autres élèves , étaient tous extra européens à quelques exceptions près.

Une anecdote à ce sujet : un jour alors que nous mangions à la cantine le midi, un africain ne cessait de me donner des coups de pieds sous la table, j’avais beau lui dire d’arrêter il continuait de plus belle, j’ai décidé de prévenir la surveillante, qui n’a pas jugé nécessaire de le réprimander plus que ça… c’est alors que devant ses coups de pieds sous la table incessants, je perdis patience et eu ces mots envers l’africain « Tu vas arrêter de me faire chier sale noir !! ». C’est alors que celui-ci se mit à pleurer et alla se plaindre à la surveillante qui sans hésitation, me gifla avec énergie en me disant « C’est pas bien d’être raciste, excuses-toi tout de suite !! »…

Même gamin je constatais que les instituteurs et surveillants étaient tous des gauchistes mentaux, c’était flagrant, que les seuls qui posaient problème, qui volaient les fournitures scolaires de leurs camarades et frappaient gratuitement, n’étaient pas des blancos… bref devant ce mutisme et ce refus d’avouer la réalité, je me résignais à penser tout bas ce que n’importe qui de sensé aurait constaté tout haut…

Les années passaient, j’étais au collège, puis au lycée et l’âge de flirter avec les filles arriva, j’étais attiré par les blanches, mais vue qu’elles préféraient Momo ou Mamadou, à qui elles se donnaient sans se faire prier, je n’avais d’autres alternatives, que de choper de la négresse, si je voulais tirer mon coup. Là par contre, je ne rencontrais aucune difficulté, je les faisais juste un peu rigoler, je les emmenaient au Mcdo ou kebab et je les niquaient au premier rendez-vous. De par mes mauvaises expériences et mon milieu social, je me résignais à ne plus aborder de blanche, du coup je prenais les filles noires pour mes objets sexuels, à la différence que pour moi, c’était hors de question que je m’accouple avec une non blanche, tant pis ma vie sera faite de sport et de baise… D’ailleurs, une fois, la noire du moment avec qui je baisais, me demanda : « Que ferais-tu si tu apprenais que je suis enceinte ? »… ma réponse fut celle-ci : « Je t’abandonnerais sur place sans remord. » (Dans ma tête avoir un gosse avec une noire ça comptait pas, pour le cul pas de problème mais pour le reste fallait pas déconner). Son visage s’est décomposé à l’entente de ma réponse, elle comprit qu’elle ne pouvait pas me la faire à l’envers, nous avons couché quelques temps ensemble puis nos chemins se sont séparés.

J’ai eu cette vie minable jusqu’à mes 28 ans, âge où j’ai réalisé que je n’avais jamais rien construit avec une femme, c’est alors qu’un beau jour, je fis la connaissance d’une ardéchoise venue faire ses études à Paris et exerçant en tant que réceptionniste, pour payer ses études, c’était la première fois de ma vie que j’embrassais une blanche, ce fut la révélation, elle tomba enceinte au bout de 6 mois et 3 enfants suivirent les années suivantes.

Je l’ai suivi en Ardèche, sa région d’origine et nous vivons paisiblement dans un petit village, ou l’allogène est l’équivalent du trèfle à 4 feuilles, tu en voit rarement dans ta vie là-bas… comme quoi, la conscience raciale, soit tu l’as soit tu l’as pas, rien n’est irréversible messieurs, donc si vous faites l’erreur de mettre une noire enceinte et que vous êtes nationaliste, n’hésitez pas à abandonner la femme et le gosse, mieux vaut abandonner une extra européenne que sa propre race.

Vive l’Europe, vive les Blancs !!!

Auteur : Martin.