Avant de nous bassiner avec le réchauffement climatique, nous avions eu droit à des discours apocalyptiques sur le refroidissement climatique, puis sur le fameux trou dans la couche d’ozone.
Eh bien d’après une étude réalisée par la NASA, la couche d’ozone est lentement en train de s’auto-réparer. Celle-ci sera comme neuve en 2060.

Les théoriciens de l’apocalypse météorologique s’attribuent le mérite d’avoir tiré la sonnette d’alarme en 1980 concernant la dangerosité pour l’ozone des sprays, réfrigérants et climatiseurs, qui contenaient alors des chlorofluorocarbures (ou CFC). Quand les rayons du soleil entraient en contact avec ces chlorofluorocarbures, ceux-ci se transformaient en atomes de chlore, qui détruisaient les molécules d’ozones. Or la couche d’ozone absorbe les radiations dangereuses du soleil.

On aurait donc évité de justesse de tous mourir de cancers et dans d’atroces souffrances grâce au protocole de Montréal, qui a interdit l’utilisation des CFC. D’aucuns trouveront une ressemblance avec le sorcier qui explique que ce sont les sacrifices qu’il a recommandés pendant une éclipse solaire qui ont permis de faire revenir le soleil.

Quoi qu’il en soit, on a le droit de croire en ce qu’on veut. Au père Noël, au paradis après la mort avec ou sans vierges coquines, au tri sélectif et au véganisme qui compenseraient la marque carbone des 8 enfants carnivores et motorisés de Fatoumata, aux vaccins génocidaires ou à un climat figé sans cycle ni variation si l’Homme n’existait pas. On peut aussi croire à Stephen Hawking selon lequel à cause de Donald Trump, la Terre va bientôt devenir aussi brûlante que Vénus (presque 500° C à la surface). Chacun son délire, chacun sa prophétie d’apocalypse, chacun sa fixette pathologique, et il vaut mieux laisser les gens avec leurs rêves et leurs fixettes, sous peine de se prendre de plein fouet toute leur haine en pleine face.

Le conspirationnisme, qu’il soit systémique ou anti-système, n’est qu’une passion de désœuvrés qui montre combien les gens peuvent se croire savants en lisant une petite explication officielle lancée comme un cookie par la NASA ou quelques incohérences à partir d’un blog conspi. Donner l’impression aux gens qu’ils ont les outils en main pour se faire un avis positif ou négatif sur une théorie, c’est une bonne façon d’embrouiller le peuple et l’empêcher de réfléchir sur les problématiques simples et palpables, comme le remplacement des blancs qui se déroule sous leurs yeux, dans toutes les villes d’Europe de l’Ouest.




Soutenez-nous par un don :




Faire un don mensuel :