Plus de 3.000 ans après sa construction, Stonehenge pourrait-il enfin dévoiler un nouveau secret ? C’est ce qu’espèrent les spécialistes de l’English Heritage au Royaume-Uni après que le monument mégalithique a retrouvé l’une de ses pièces manquantes. Début mai, l’organisation a en effet récupéré un fragment prélevé sur l’une des pierres il y a de cela plus de 60 ans.

(…) Examinée par les archéologues, cette pièce perdue depuis 60 ans est apparue dans un état étonnement intact comparé à celui des pierres de Stonehenge balayées par les éléments depuis plus de 3.000 ans. Surtout, elle pourrait permettre d’éclaircir un mystère qui taraude les chercheurs depuis longtemps : d’où les pierres du monument néolithique proviennent-elles ?

On sait aujourd’hui que les plus petites pierres de Stonehenge ont été transportées sur plus de 200 kilomètres depuis des carrières situées au Pays de Galles jusqu’à quelques kilomètres de Salisbury en Angleterre où le monument se trouve. En revanche, l’origine précise des plus grandes pierres est elle beaucoup plus floue.

Une équipe mène actuellement des analyses sur la composition chimique des trilithes pour en savoir plus sur leur localisation initiale, mais l’apparition de cette pièce manquante issue du « coeur » des pierres pourrait grandement faire avancer les recherches. Elle va permettre d’étudier leurs caractéristiques sans prendre le risque d’endommager le monument.

Source : Géo

Lire aussi :

En Angleterre, les pierres de Stonehenge menacées par la construction d’un tunnel

Quand l’Europe était couverte de Stonehenge… en bois