Plus de 3.000 ans aprĂšs sa construction, Stonehenge pourrait-il enfin dĂ©voiler un nouveau secret ? C’est ce qu’espĂšrent les spĂ©cialistes de l’English Heritage au Royaume-Uni aprĂšs que le monument mĂ©galithique a retrouvĂ© l’une de ses piĂšces manquantes. DĂ©but mai, l’organisation a en effet rĂ©cupĂ©rĂ© un fragment prĂ©levĂ© sur l’une des pierres il y a de cela plus de 60 ans.

(
) ExaminĂ©e par les archĂ©ologues, cette piĂšce perdue depuis 60 ans est apparue dans un Ă©tat Ă©tonnement intact comparĂ© Ă  celui des pierres de Stonehenge balayĂ©es par les Ă©lĂ©ments depuis plus de 3.000 ans. Surtout, elle pourrait permettre d’éclaircir un mystĂšre qui taraude les chercheurs depuis longtemps : d’oĂč les pierres du monument nĂ©olithique proviennent-elles ?

On sait aujourd’hui que les plus petites pierres de Stonehenge ont Ă©tĂ© transportĂ©es sur plus de 200 kilomĂštres depuis des carriĂšres situĂ©es au Pays de Galles jusqu’à quelques kilomĂštres de Salisbury en Angleterre oĂč le monument se trouve. En revanche, l’origine prĂ©cise des plus grandes pierres est elle beaucoup plus floue.

Une Ă©quipe mĂšne actuellement des analyses sur la composition chimique des trilithes pour en savoir plus sur leur localisation initiale, mais l’apparition de cette piĂšce manquante issue du « coeur » des pierres pourrait grandement faire avancer les recherches. Elle va permettre d’étudier leurs caractĂ©ristiques sans prendre le risque d’endommager le monument.

Source : GĂ©o

Lire aussi :

En Angleterre, les pierres de Stonehenge menacĂ©es par la construction d’un tunnel

Quand l’Europe Ă©tait couverte de Stonehenge
 en bois