Cela fait exactement un an que des scientifiques américains ont annoncé une mystérieuse poussée de produits chimiques destructeurs de l’ozone, appelés chlorofluorocarbures (CFC).

Interdit en 1987 en vertu du Protocole de Montréal signé à l’échelle mondiale, il n’existait qu’une seule explication: ailleurs, dans un lieu inconnu, quelqu’un devait être devenu un voyou, retardant d’au moins une décennie les progrès du trou dans la couche d’ozone.

Après de nombreuses spéculations, les recherches scientifiques ont confirmé l’emplacement et l’ampleur de ces émissions nocives. Comme l’avaient déjà indiqué des reportages dans le New York Times, ils semblent provenir de la côte nord-est de la Chine continentale.

Depuis que le Protocole de Montréal a été déclaré un succès en 2013, cette région hautement industrielle a continué à émettre, accidentellement ou non, du CFC-11: le deuxième chlorofluorocarbone en importance dans l’atmosphère. En fait, entre les périodes 2008-2012 et 2014-2017, les émissions de CFC-11 ont augmenté d’environ 110% ici.

“Cette augmentation représente une fraction substantielle (au moins 40 à 60%) de la hausse mondiale des émissions de CFC-11”, écrit une équipe internationale de chercheurs dans un nouveau rapport.

“Nous ne trouvons aucune preuve d’augmentation significative des émissions de CFC-11 en provenance d’autres pays d’Asie orientale ou d’autres régions du monde où des données sont disponibles pour la détection des émissions régionales.”

Ces violations ne sont probablement pas signalées car, même si le CFC-11 est illégal, il constitue également l’un des moyens les moins coûteux de produire de nouveaux isolants en mousse dans les réfrigérateurs et les bâtiments.

Après avoir retrouvé des documents et des sources internationales, les journalistes du New York Times et des enquêteurs indépendants ont découvert que dans certaines usines en Chine, l’utilisation illégale de CFC se glissait entre les mailles du filet depuis des années.

Les exemples donnés sont basés à Xingfu, une ville industrielle rurale de la province chinoise du Shandong, et d’ailleurs, c’est la même province que celle sur laquelle les scientifiques se sont rendus.

En collectant les observations atmosphériques en Corée du Sud et au Japon, les chercheurs ont comparé les données de surveillance mondiales et les mouvements chimiques dans l’atmosphère pour déterminer si ces émissions provenaient de l’Asie orientale – la région la plus suspectée comme source de CFC-11.

Avec le Shandong, la province voisine de Hebei était également impliquée. Les deux régions sont de gros producteurs industriels fortement impliqués dans la fabrication du pays, et bien que le produit chimique ne soit peut-être pas réellement produit ici, il est certainement émis à des taux alarmants quelque part dans les environs.

“Une telle augmentation (…) nécessiterait de nouvelles émissions résultant de l’élimination et de la destruction des réfrigérateurs plus de 10 fois supérieures aux estimations récentes pour l’ensemble de la Chine entre 2014 et 2017”, écrivent les auteurs, “ou davantage augmentation rapide des émissions résultant de la démolition d’anciens bâtiments par rapport aux prévisions antérieures pour le monde entier sur une période de 20 ans (2020-2040) “.

Que ces usines sachent ce qu’elles font ou non (et le rapport du NYT suggère certainement qu’elles le comprennent), leurs actions constituent une menace sérieuse non seulement pour la couche d’ozone, mais également pour la crise climatique. Le CFC-11 exerce un puissant effet de piégeage de la chaleur dans l’atmosphère. Par conséquent, si les émissions continuent telles quelles, les experts affirment qu’il équivaudrait à la quantité de CO2 produite par 16 centrales au charbon chaque année.

La Chine produit actuellement environ un tiers de la mousse de polyuréthane dans le monde et les émissions jusqu’à présent ne représentent peut-être qu’une fraction de ce qui a déjà été fabriqué. Le reste du CFC-11 peut toujours être emprisonné dans une réserve de mousse à émission lente, et la seule façon de le savoir est de trouver celui qui en est responsable.

Malheureusement, la nouvelle étude ne permet pas de mieux cerner le coupable. Il est donc difficile de déterminer si ces émissions sont généralisées dans ces deux régions chinoises ou dispersées entre quelques sources. Pour l’instant, la chasse continue.

Source :